Candida – la candidose

les candidoses sont des maladies insidieuses, pratiquement inconnues il y a 50 ans, mais qui touchent actuellement des millions de personnes dans le monde. non traitée, cette affection peut s’étendre et détériorer progressivement et gravement la santé en contribuant à l’ affaiblissement du système immunitaire.

selon des statistiques et des études menées dans le monde entier, l’infection chronique par candida frappe entre 70% et 80% de la population mondiale. dans les derniers 15-20 ans on a pu observer une remarquable augmentation de beaucoup de pathologies psychosomatiques, et de plus en plus de manifestations de l’infection par candida. différents facteurs sont responsables de cette situation, et en particulier l’alimentation moderne dégradée, trop raffinée et trop sucrée, l’utilisation exagérée des antibiotiques, l’abus de remèdes pour le système nerveux central (tranquillisants, somnifères), la pilule contraceptives, les remèdes contre l’ulcère (cimetidine…) une concentration de plus en plus importante de métaux lourds comme le cadmium ou le mercure (amalgames dentaires, poissons polluées, pollution de l’air, de l’eau…), l’utilisation dans le domaine alimentaire de conservant et colorants, l’utilisation sans limites des pesticides, herbicides et antibiotiques dans l’agriculture, etc, etc…

principaux symptômes visibles de l’infection.

les symptômes sont de 4 types : digestif, énergétique, immunitaire et mental.

on trouve :

  • des colites intestinales avec gaz, ballonnements, démangeaisons anales, diarrhée, constipation.
  • une fatigue progressive et inexpliquée avec sommeil médiocre et récupération insuffisante.
  • des allergies aggravées (cutanée, respiratoire ou alimentaire) et des mycoses.
  • des troubles du comportement alimentaire : alcoolisme, boulimie, envies de sucre (chocolat, gâteaux…), de graisses saturées (charcuterie, fromage…) et de boissons alcoolisées
  • problèmes gynécologiques : champignons vaginaux répétitifs (pertes blanches et démangeaisons), inflammations glandulaires (glandes bartolin) kystes et endométriose; cystite et infections rénales
  • problèmes de peau : eczéma, seborrhée, psoriasis, acné, champignons aux ongles, aux pieds
  • problèmes respiratoires : asthme, bronchite.
  • des troubles du comportement : dépressions, anxiété, fatigue chronique, maux de têtes,
  • troubles du sommeil (difficulté d’endormissement), de la concentration (mémoire, volonté en baisse) et de l’humeur (irritation, inquiétude, agressivité, insatisfaction…).
  • problèmes d’oreilles, de thyroïde,
  • douleurs articulaires et musculaires

les causes :
les candidoses sont dues à un champignon de type levure, dont le plus commun est le candida albicans.
cette levure vit normalement en saprophyte dans l’intestin humain ou animal en se nourrissant de matières organiques en décomposition. elle est généralement sans danger, tant que l’équilibre bactérien qui contrôle sa multiplication n’est pas altéré. dans certaines conditions pourtant, elle peut se multiplier de manière excessive et envahir tout l’appareil digestif (bouche, intestin, anus). après dissémination par voie sanguine, elle peut même se propager dans tout l’organisme (bronches, peau, vagin, etc…) sous forme de muguet ou de mycoses.

normalement, le « candida » n’est pas un ennemi. il habite le système digestif et y vit en symbiose. c’est sa prolifération et son « évolution » qui le rendent pathogène (voir page sanum )

cette prolifération de levures est rendue possible en raison d’une altération du « terrain biologique » (voir précisions ), qui entraîne une défaillance du système immunitaire.

le milieu intérieur est normalement anaérobie : il est réducteur. la vie se maintient à l’abri de l’air avec peu d’oxygène. or les champignons (de même que les moisissures et les candidoses) se développent toujours en un milieu humide, tiède et oxydé.   cette constatation que chacun peut faire dans un sous-bois en automne ou sur un mur humide, est confirmée par la bio-électronique de vincent.

les causes réelles sont celles qui favorisent l’oxydation de l’organisme. cette oxydation se traduit sur le plan bio-électronique par une augmentation du facteur d’oxydo-réduction qui dépasse souvent 28 (rh2 > 28) alors que la norme de bonne santé se situe à 22 !

les principales causes responsables sont :

  • les médicaments oxydants : antibiotiques dont beaucoup font une consommation excessive mais aussi corticoïdes, pilule, chimiothérapie, transfusions sanguines et la plupart des vaccins !
  • les aliments oxydants : sucre blanc, pain blanc à la levure, pâtisserie industrielle, friture, fromage gras, viandes grasses, huiles raffinées, levures et champignons…
  • les boissons oxydantes : eaux d’adduction chlorées et stérilisées et certaines eaux minérales, toutes les boissons instantanées ou celles à base de jus de fruits ou de cola et certaines boissons alcoolisées.
  • les stress (physiques, énergétique, émotionnels et affectifs) et les pollutions (électromagnétiques, chimiques, électriques…) ont une répercussion oxydante par création de radicaux libres. ils agissent en neutralisant les électrons.
  • mais également : empoisonnement due aux amalgames de mercure dentaire, empoisonnement chimique au foyer (produits ménagers), au bureau (les célebres voc – volatils organiques composés), de l’environnement auprès des fermes et des usines chimiques etc., les drogues récréatives, le stress (facteur seulement contributoire) et surexposition aux emf’s endommageants (champs électriques et électromagnétiques) : lignes électriques de haute tension, fours micro ondes, téléphones portables, etc…

le traitement médical classique repose sur l’utilisation de 2 antibiotiques antifongiques, mais n’a qu’une action locale et transitoire puisqu’il ne s’attaque pas à la cause réelle, et ne fera que créer des foyers d’infestation chronique.

mais qui est le candida ?
quand on parle de candidose, on parle presque toujours de « candida albicans », car c’est le plus courant, mais il en existe d’autres :

  • candida albicans (50 %)
  • candida tropicalis
  • candida parapsilosis
  • candida kruseï
  • candida pseudotropicalis
  • a l’état saprophyte (inofensif)
  • il est présent sous forme de levure ——–> candida glabra (torulopsis)

Sous diverses conditions il se transforme en champignon et devient pathogène. il se présente alors sous une forme de filaments ——–>     voir également
dessin page sanum

Structure du candida albicans
le candida « est un petit morceau de sucre vivant ».   il est formé de :

  • chitine et glucane :   polysaccharides qui permettent le maintien de la forme levure
  • manane :     glycoprotéine qui détermine l’adhésivité du candida à la paroi intestinale
  • la forme levure a relativement peu de mannane
  • la forme mycéllenne est presque exclusivement constituée de mannane

en résumé :

  • dans les conditions normales, la levure vit en commensale sur les muqueuses de notre système digestif (bouche, oesophage, estomac, intestins)
  • il n’y provoque aucun trouble, il s’y trouve en très faible quantité, et fait partie de la flore normale de l’intestin
  • on n’en trouve pas sur la peau à l’état normal
  • au niveau de l’intestin, son développement est inhibé par les lactobactéries de la flore de fermentation
  • a l’état de symbiose, les candida sont des agents nettoyeurs des débris mal digérés de l’alimentation
  • on connaît 9 espèces de candida, dont 6 peuvent être impliqués dans la pathologie humaine
  • la forme levure se développe par scissiparité
  • les formes impliquées dans la pathologie humaine sécrètent 35 toxines différentes dont la principale est la candidine (neurotoxique)
  • le candida possède un dimorphisme dans sa forme pastorienne
    levure <—————> moisissure

la forme agressive se développe aux dépens des bifidobactéries en les détruisant
le développement de la forme agressive se fait à partir du sucre qu’elle transforme en alcool, puis en aldéhyde (neurotoxique)

  • on peut dire que la forme levure est la forme saprophyte. en quantité « normale » elle vit en symbiose avec l’organisme, en excès, elle devient nocive par imperméabilisation des parois intestinales.

la forme moisissure (mycélienne) est la forme parasite pathogène. elle est capable de traverser la muqueuse digestive et de passer dans la circulation lymphatique et sanguine.

  • la forme « levure » tapisse, irrite et imperméabilise
  • la forme mycélienne pénètre – plus grave, plus difficile à régler.

le candida se développe en tapissant la muqueuse.
—-> la forme levure ne fait que tapisser la muqueuse,
—-> la forme mycélienne pénètre dans les tissus…

le candida se multiplie et migre.

  • •    il est capable de perturber l’équilibre de la flore intestinale en détruisant les bifido bactéries. il devient ainsi responsable d’indigestion, de mauvaise haleine, de gaz, de ballonnements, de diarrhée, de spasmes de l’intestin, de démangeaisons anales.
  • il peut se développer dans les muqueuses ou il est responsable d’inflammation de la bouche, de la gorge, des yeux, du vagin, du nez, des voies urinaires, des ongles et de la peau (responsable d’eczéma, de psoriasis et d’acné)
  • •    il peut se transformer en une forme mycélienne agressive, capable de pénétrer dans les muqueuses gastro-intestinales, jusqu’aux vaisseaux sanguins et lymphatiques.
  • le candida augmente la perméabilité de la muqueuse intestinale
  • •    une muqueuse fragilisée se laisse traverser par des protéines alimentaires non digérées qui pénètrent dans les vaisseaux sanguins et lymphatiques, provoquant des allergies alimentaires ou des intolérances.
  • •    de la même manière, les toxines intestinales (ptomaïnes) et les toxines sécrétées par les candidas peuvent également entrer dans le flux circulatoire, et être responsable d’une auto-intoxication.

Après traitement classique par antibiotique, il reste toujours des foyers incrustés entre les villosités intestinales, foyers qui diffusent en permanence dans les tissus.
la candidose commence toujours sur le plan intestinal.

le candida sécrète 35 toxines connues :

  • qui perturbent le fonctionnement cérébral.
  • qui perturbent le système immunitaire.
  • qui perturbent tous les autres systèmes de l’organisme.

le candida fabrique de l’acétaldéhyde à partir des molécules d’alcool produites par le sucre.
l’acétaldéhyde réagit sur un neurotransmetteur cérébral, la dopamine, et provoque des symptômes nerveux de type émotionnels tels que dépression, anxiété, peurs, irritabilité, humeur changeante, faiblesse de la mémoire et manque de concentration.

des anticorps sont sécrétés pour lutter contre les nombreuses toxines, mais, comme nous l’avons vu, le système immunitaire est peu à peu débordé. il se produit une sécrétion accrue d’histamine. l’apparition d’aldéhydes peut être responsable d’une baisse des lymphocytes t. cette baisse sensibilise le sujet aux infections en perturbant la réponse normale de son système immunitaire à celles-ci.
en particulier les articulations et les muscles sont touchés. la fatigue est habituelle.
le candida perturbe les fonctions hormonales :

  • •    les candidas albicans possèdent des récepteurs membranaires qui fixent les hormones. ainsi, les candidas fixent la progestérone, ce qui peut provoquer un certain nombre de symptômes liés à un excès relatif de folliculine.

les récepteurs antigéniques des candidas simulent la configuration des hormones sexuelles (antigénicité croisée).
les candidas stimulent les processus auto-immuns, suscitant la formation d’auto anticorps contre les hormones et les ovaires.

  • •    les candidas perturbent la synthèse des prostaglandines à partir des acides gras.

la candidose en phase digestive
quelles sont les conditions favorables au développement des candidas dans l’intestin ?

  • •    une alimentation riche en sucres raffinés, fruits sucrés, produits laitiers fermentés, graisses saturées, viandes…

tous les facteurs alimentaires provoquant une diminution de la flore intestinale acidophile

toutes les antibiothérapie :
—-> en détruisant la flore intestinale acidophile (pénicilline et dérivés)
—-> par effet nutritionnel direct du candida albicans (les tétracyclines)

  • une alimentation riche en viande d’animaux traités lourdement par antibiotiques (bovins, veau, poulets) prise de pilule contraceptive
  • prise d’anti-acides stomacaux (zantic, tagamet, antra…)
  • suralimentation en général – (dans tous les cas de surcharge pondérale, il y a candidose)
  • carence en sucs digestifs – (carence quantitative ou qualitative…)

conséquences physiologiques et cliniques
1.    effet irritatif direct par adhésion sur les muqueuses digestives (stomatite, oesophagite, gastrite, colite)

effet de barrière gênant l’absorption de certaines substances minérales (ca++, mg+) – malnutrition, carences…

fragilisation des muqueuses avec perméabilisation, ce qui provoque :

  • passage d’antigènes alimentaires (urticaire, intolérances alimentaires, allergies alimentaires)
  • passage des ptomaïnes
  • passage de la candidine dans le sang provoquant des phénomènes neurotoxiques (dépression, migraines).
  • passage d’autres toxines microbiennes qui affaiblissent le système immunitaire humoral (allergisations diverses).

2.    absorption compétitive des sucres provoquant une insuffisance pancréatique exocrine, et des troubles digestifs par mal digestion.
destruction des bifidobactéries et disparition de la flore acidophile de protection. favorise le développement de la flore de putréfaction.

3.    le candida transforme les sucres en alcool avec formation d’acétaldéhyde qui passe dans le sang. ce dernier réagit sur la dopamine (neurotransmetteur) et provoque dépression, anxiété, peurs, irritabilité, humeur variable, troubles de la mémoire et de la concentration.

symptômes et pathologies :
on trouve d’abord des troubles digestifs chroniques :

  • ballonnements
  • gaz
  • flatulences
  • crampes intestinales
  • perturbation du transit
  • pyrosis
  • régurgitations acides

—–> en cas de lésions cutannées, il faut toujours poser (se poser) des question sur les points ci-dessus (digestion)…

puis apparition d’intolérances alimentaires (ne pas confondre avec les allergies alimentaires)

troubles neurovégétatifs par carences minérales

  • Spasmophilie


Troubles nerveux par agression toxinique

  • dépression
  • migraines

Allergies par perturbation de l’immunité humorale

  • urticaires
  • eczémas
  • asthmes et rhume des foins

dans un deuxième temps, le champignon migre hors du tube digestif, et provoque des troubles principalement cutanés, et des troubles des muqueuses :
vers le haut du tractus digestif, la migration provoquera du muguet, des eczémas mycosiques du cou, du cuir chevelu (un grand nombre de chute de cheveux sont dus à un eczéma mycosique du cuir chevelu), un eczéma des aisselles, de la poitrine.

—–> en cas de perte de cheveux, poser la question : « est-ce que ça démange ?… ça gratte ?? … si oui = candidose…

vers le bas du tractus digestif, la migration sera responsable d’eczéma péri-anal. le rectum semble être le réservoir le plus probable pour une infection du vagin, lors de vaginite à candida albicans. il est en effet fréquent d’isoler le champignon au niveau du rectum des femmes atteintes de cette affection.

chez l’homme au contraire, la balanite mycosique est plutôt secondaire à une contagion après un rapport sexuel.

les mycoses des pieds et des ongles des doigts de pied sont également toujours secondaires à un développement trop important du champignon dans le tube digestif.













Ce blog est un espace d'intégration et de recherche. Si vous n'avez pas vécu au plus profond de votre être c'est à dire intégré les fondements de ces articles ou de ces enseignements, vous ne pouvez pas les enseigner ou les transmettre mais simplement vous pouvez les pratiquer. Pour les pratiquer, Il ne s'agit pas de lire, il ne s'agit pas de citer, mais...
Vous devez entrer dans une pratique quotidienne !! dans tous vos instants.
Outre le fait qu'une bonne partie de ces articles font l'objet d'une méditation profonde, d'une reliance avec un flux certain d'énergie, il n'en est pas moins des courants de pensés, des pistes, des chemins à creuser pour le bien-être, la sérénité de votre corps, de votre esprit et de votre subtilité.




D'autre part, et selon les articles 10 de la Convention européenne des droits de l’Homme du 4 novembre 1950 et 11 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne de 2000 : « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontières… » En conséquence, le site lesintuitions.com ne remplace en aucune façon une consultation médicale ou les conseils de tout autre professionnel de santé. Seul votre médecin généraliste ou spécialiste est habilité à l’établissement d’un diagnostic médical et à l’établissement du traitement adapté qui en découle.




Ce site utilise des cookies uniquement pour le comptage et les positions géographiques des visiteurs.
Aucune information n'est vendue ou encore cédée à de tierces personnes.

Ces fonds sont destinés uniquement pour la tenue du site.
La Radio

Retrouver la prochaine radio
lasource8me PlayTheRadio
lasource8me Streaming

Languages
Le Wésak est le moment où l'union des énergies Bouddhique et Christique viennent ensemble pour bénir la Terre et toute l'Humanité à la Pleine Lune en Taureau de chaque année. Ne pas confondre avec l'anniversaire de Bouddha qui serait au mois de mai.

2015 : 27 Octobre 2020 : 31 Octobre
2016 : 16 Octobre 2021 : pas de lune en taureau
2017 : 4 Novembre 2022 : 8 Novembre
2018 : 24 Octobre 2023 : 28 octobre
2019 : 12 Novembre 2024 : 15 Novembre
2025 : 05 Novembre 2026 : 26 Octobre
Tous les Articles